EDF, terrain miné ?

CGT Consulting Group, lui aussi, en état d’urgence…  …face à des revenants qui ne lui reviennent pas.

EDF, terrain miné ?

Notre consultant s’est abstenu de s’exprimer car en ces temps troublés, il est lui même
troublé. Il n’allait pas ajouter son trouble à celui de ses fidèles lecteurs. Le
ministricule, que nous brocardions lorsqu’il faisait la leçon aux agents EDF, est
devenu président de la République sous l’étendard de la rénovation, dont les recettes
sentent le réchauffé thatchérien, hartzien (voir loi Hartz en Allemagne), renziste (voir le
job act italien). Mais nous n’ouvrons pas un oeil pour rappeler ces évidences.
Ce « renouveau » inspire la Direction d’EDF qui nolens volens accueille deux
« nouveaux » membres au sein du Comex.

Par un humour involontaire, sur la page d’accueil de l’intranet du 13 juin 2017, se
télescopent deux têtes de chapitre : les nominations au sein du COMEX et un interpelant
« Réseauter ». Elégante manière d’introniser le sieur Cédric Lewandovski dont le talent pour tisser des liens est proverbial.

Ainsi, l’enfant prodige retourne au bercail après 5 années à seconder le Ministre de la
guerre, le baron breton qui a offert la Bretagne à Macron. La presse africaine s’est interrogée sur la fin de la carrière ministérielle de celui qu’elle désigne sous le doux sobriquet de Foccardovski (référence à M. Foccart, gaulliste historique et pilier de la Françafrique). En effet, pourquoi donc Cédric n’est-il pas au quai d’Orsay avec Le Drian mais à Wagram avec nous ? Parce que tel en a décidé le Président de la République qui ne voulait plus l’avoir dans ses pattes. Tant pis pour celles de Jean-Bernard Lévy (et les nôtres) ! Pourtant, la Direction d’EDF avait pris de son côté des précautions comme l’attestent les barrières et les blocs de béton devant Wagram, il ne manque que les sacs de sable.

Hélas ! Ce Check Point Charly n’était pas en mesure d’arrêter notre sous-ministre rompu aux techniques d’infiltration. Puisqu’il était dans la place, il fallait bien  proposer un poste au quidam,devenu un homme encore plus important qu’à son départ  pour le cabinet du Ministre. La stratégie est étymologiquement liée à la guerre et le  nouveau directeur de la DISP en connaît donc un rayon en la matière. Espérons qu’il ne transforme pas EDF-même en champ de bataille par la conduite d’une stratégie… personnelle. Pour la R&D, inclus dans le périmètre des attributions du directeur de la DISP, le rapport paraît bien plus lointain mais si les chercheurs s’y mettent maintenant, ils devraient le trouver.

Comme un malheur n’arrive jamais seul, la nomination d’un nouveau  RH M. Carval, ancien dirigeant de la DSP d’EDF, DRH d’Enedis, s’inscrit dans ce  renouveau martial car il a la réputation justifiée d’un manager de combat et comme  m’avertit obligeamment un ami d’Enedis, un fin gourmet, nous allons « en manger »… Preuve de la totale étanchéité entre EDF et la filiale de réseau, Enedis n’était pas vraiment informée du débauchage de son RH qui conduisait de main de maître l’étape 2 de la réorganisation « cohérence et subsidiarité ». Elle consiste à adapter les organisations aux frontières des nouvelles régions administratives et gagner en compétitivité (comprenez, réduire les effectifs).

Nous pressentons que le nouveau DRH Groupe est plus en phase avec notre PDG qui ne cache pas son agacement devant les syndicats, à ses yeux, des conservateurs mal embouchés alors que lui, air connu, se veut un résolu modernisateur. Avec M. Carval, il bénéficiera d’un précieux appui de choc, non imposé par des péripéties externes. Ces nominations niveau COMEX constituent le premier étage de la fusée car évidemment les nouveaux venus vont remanier leur CODIR et leur organisation. En perspective, des plaies et des bosses dans les fonctions centrales… pour commencer !

CGT Ufict des Services Centraux EDF et Organismes sociaux le 15 juin 2017